|  English  |  Italiano  |

Pages

STEP BY STEP

Saipu-Ticino Educational Program by Strengthening and Empowering of People

Ce projet a débuté en 1999 avec pour but de construire une école à Saipu, un village dans le district de Ramechap dépourvu d’électricité et d’installations hygiéniques et médicales.

Objectifs

Dès les premières étapes de planification, l’objectif principal était de garantir un accès à l’instruction scolaire à tous les enfants de Saipu, en particulier aux filles et aux élèves appartenant aux castes plus basses. Selon les estimations initiales, l’école devait accueillir environ 200 élèves répartis en 7 classes. En outre, il était nécessaire d’engager des enseignants supplémentaires étant donné que le gouvernement népalais n’en prévoyait que deux. Dès le début, un aspect stratégique fondamental a été la responsabilisation de la population locale par une participation directe au développement et à la gestion du projet ainsi qu’au travail pratique de réalisation.

Partenaire

Pour la réalisation de ce projet, Kam For Sud a travaillé en étroite collaboration avec une ONG locale nommée Ekikrit Gramin Bikash Manch, laquelle a siège dans le village même. Celle-ci a géré l’acquisition du terrain, le chantier et la rémunération des ouvriers. Par la suite, un comité de gestion de l’école formé d’habitants de Saipu de diverses castes et provenances ethniques a été crée afin d’engager les nouveaux professeurs et de s’occuper des divers aspects administratifs liés au bon fonctionnement de l’école.

Stratégie

Exception faite de quelques sacs de ciment et d’autres produits très peu nombreux, l’école a été construite avec des matériaux locaux (pierre et bois) et grâce au travail de nombreux hommes de Saipu. De cette manière, la quasi totalité des dépenses a été directement réinvestie dans le village, permettant à de nombreux hommes de rester auprès de leur familles durant presque une année plutôt que devoir émigrer pour travailler en Inde ou dans la capitale. En outre, le capital investi localement a aussi permis un certain développement de la micro-économie villageoise.

La construction d’installations hygiéniques à eau courante avait le double but de mettre des toilettes à disposition des élèves et de servir de modèle imitable dans le reste du village.

Résultats

La nouvelle école de Saipu a été inaugurée en avril 2000, spacieuse, lumineuse et dotée d’installations hygiéniques à eau courante. Un petite bibliothèque avec des livres en népalais et en anglais est à disposition des élèves. Une ample salle de réunion ainsi que la place devant le bâtiment sont utilisées pour les rencontres et activités de la communauté villageoise.

L’école accueille actuellement 300 élèves et propose des cours jusqu’à la dixième année de scolarisation. Au moins la moitié des élèves sont des filles. Tous les objectifs du projet ont été réalisés. Nous avons en outre observé avec plaisir qu’après l’inauguration de l’école, plusieurs familles de Saipu ont construit des installations hygiéniques sur le modèle de celles de l’école, améliorant ainsi sensiblement leurs propres conditions.

L’école de Saipu

Transfert de la responsabilité

Après les années les plus difficiles de la guerre civile (2002-2006), les négociations avec le gouvernement népalais sur le transfert de la responsabilité en ce qui concerne le salaire des professeurs ont pu reprendre. Alors qu’initialement le gouvernement népalais ne finançait que deux professeurs et Kam For Sud sept, il en rémunère actuellement neuf, Kam For Sud payant les six autres.

Un prix décerné par le gouvernement népalais

En 2009, l’école a reçu un prix décerné par le gouvernement népalais avec deux mentions : la première pour la qualité structurelle des bâtiments, la seconde pour le nombre élevé de filles fréquentant les cours, largement supérieur aux moyennes nationales.

Soutient didactique aux enseignants

Malgré le bon fonctionnement de l’école en général, certaines lacunes sont objectivement observables au niveau didactique. Il s’agit là d’un problème qui n’est pas spécifique à Saipu, mais qui s’étend plutôt à tout le Népal (ainsi d’ailleurs qu’à de nombreux autres pays en voie de développement). L’enseignement est généralement basé sur la répétition en groupe et l’apprentissage par cœur plutôt que sur la compréhension ou la recherche autonome de solutions aux problèmes. Les enfants sont peu stimulés à la réflexion, au lieu ils sont entrainés à copier et répéter. Naturellement, les élèves brillants demeurent capables de progresser dans un tel environnement, mais la majeure partie des enfants vit l’école comme un énorme exercice de mémoire : des mathématiques aux langues, des sciences aux histoires, tout est simplement récité par cœur.

Cherchant à enrichir l’expérience didactique des enseignants, neufs volontaires se sont rendus à Saipu entre 1999 et 2007 pour des périodes variables, avec l’objectif de proposer un mode d’enseignement alternatif. Ceci a suscité la curiosité des professeurs envers les nouvelles techniques et a développé la capacité des élèves à réfléchir, analyser et chercher des solutions eux-mêmes.

L’expérience nous a toutefois convaincus du fait qu’un séjour de brève durée, quoiqu’il soit apprécié, ne réussit pas à générer un réel progrès. Depuis 2009, Kam For Sud a décidé, de commun accord avec le comité de gestion de l’école, de proposer un accompagnement didactique uniquement par des professionnels formés de manière adéquate et séjournant pour des périodes minimales de six mois, avec comme objectif d’activer de nouvelles potentialités dans la dynamique de la transmission du savoir à Saipu.

La première expérience de ce type a été effectuée par l’enseignante tessinoise Laura Poretti, qui a travaillé à Saipu de novembre 2009 à avril 2010. Un premier rapport interne, destiné avant tout aux futurs volontaires et civilistes, est disponible ici (italien) [pdf].

Le soutien didactique à travers l’envoi de volontaires et, dès 2010 de civilistes, continuera aussi longtemps que la communauté de Saipu le requerra.

Nouvelle extension des espaces scolaires

Après la construction d’une première extension en 2006 due à l’augmentation du nombre d’élèves inscrits, une nouvelle extension est prévue pour 2009.

En 2009, le gouvernement népalais a instauré la classification suivante, valable pour toutes les écoles du pays : primary school désigne les cinq premières années de scolarisation, secondary school la sixième à la huitième et high school la neuvième à la douzième. Le comité de gestion de l’école et Kam For Sud ont décidé d’ajouter les deux dernières années à l’offre de cours à Saipu, de sorte à offrir la possibilité aux élèves les plus motivés d’entreprendre ensuite des études supérieures.

Le nouveau bâtiment sera financé par Kam For Sud et le gouvernement népalais, chacun participant à hauteur de 50%. Il devrait être achevé d’ici la fin de l’année 2010.

Abonnement à la newsletter

Confirmez votre adresse email